Accéder au contenu principal

Articles

50 livres avant mes 50 ans : 12/50 Serge Joncour

J'ai beaucoup de mal à écrire sur ce roman. Non pas parce qu'il m'a déplu mais justement, parce qu'il m'a particulièrement touché.
Il m'arrive parfois de n'être pas attirée par les livres ou les auteurs que les médias me poussent de force sous mon nez. Certains lecteurs courent acheter les prix littéraires. Moi, je marche à l'envers. Là, j'aurais regretté de ne pas découvrir la prose de Serge Joncour. Je m'y suis coulée comme dans un bain vaporeux et parfumé, je m'en suis habillée chaudement pour quelques heures de lecture savoureuses, tendres. Le plaisir était tel que je ne pouvais me détacher de l'histoire tout en ralentissant la lecture pour ne pas arriver trop tôt à la dernière ligne.

C'est l'histoire d'une rencontre qui évite soigneusement les effets et les clichés, une histoire d'amour possible mais ce n'est pas la question, une histoire d'adultère (L'héroïne est mariée.) mais ce n'est pas non plus le s…
Articles récents

50 livres avant mes 50 ans - 10 et 11/50 Catherine Cusset et Amélie Antoine

Le hasard de mes vadrouilles livresques m'ont fait rencontrer ces deux romans au même moment. Je les ai lus très vite, l'un après l'autre dans un de ces excès d'heures de lecture que les insomnies me permettent. Et je ne peux m'empêcher de les rapprocher dans mes réflexions
Rapidement, 
Jane, l'héroïne de Catherine Cusset, reçoit un manuscrit dans lequel elle lit sa propre vie. Qui la connaît aussi bien ? Pourquoi ce récit ?
Dans le roman d'Amélie Antoine, Gabriel pleure la mort accidentelle de sa femme Chloé, présente en "off" dans le récit. Arrive une autre femme dans la vie du veuf, Emma.
Voici deux romans dont j'apprécie les titres qui ne trouvent leur plein sens qu'une fois le roman lu. Voici deux romans dont on ne peut parler qu'en partie pour ne rien dévoiler de l'histoire. Voici deux romans dont le style est limpide, sans fioritures, neutre, permettant une lecture facile et rapide, un style qui laisse toute la place à l'histo…

50 livres avant mes 50 ans - 9/50 Jean-Paul DIDIERLAURENT

Jean-Paul Didierlaurent est un auteur découvert par hasard, à la sortie de son premier roman "Le Liseur du 6h27". Ce fut un vrai coup de cœur et son roman, une pépite que je ne cesse de faire partager lorsque l'on me demande un conseil de lecture.
Son univers se rapproche de celui de Joël Egloff. Leurs personnages sont des gens communs dans un quotidien sans éclat mais que la fiction hausse vers la poésie de l'existence, vers la beauté douce. La solitude mène à l'amour, le gris de l'existence est magnifié, la tristesse a des éclats de rire.
Dans "Le reste de leur vie", l'auteur nous plonge dans le sujet de la vieillesse et de la mort. Deux sujets qui sont un challenge de nos jours où nous voulons effacer la réalité de la fin de nos vies et nous sommes envahis par les images de la jeunesse éternelle. Challenge donc de plonger le lecteur dans l'univers de thanatopracteur de son héros sans lui donner l'envie de refermer le livre d'un air …

50 livres avant mes 50 ans - 8/50 Grégoire DELACOURT

Impossible de sortir aujourd'hui profiter d'un soleil de fin d'hiver. Je suis avec le roman de Grégoire Delacourt.  Je ne sais pas de quoi il est question, je l'ai choisi pour l'auteur, je ne veux pas être influencer par une 4ème de couverture que j'évite soigneusement de lire. Je pars à la découverte, confiante. Et un roman qui commence par le chapitre 71, ça m'intrigue et m'attire irrésistiblement.
Quelques heures plus tard, le soleil s'est couché et je reste dans une overdose d'émotions et de poésie. J'ai dégringolé avec Emmanuelle dans le récit de sa passion flamboyante née d'un regard sur la bouche d'un homme, jusqu'au chapitre zéro, quand sa vie s'écroule comme elle sur le quai d'une gare, et j'ai parcouru le chemin du deuil, étapes par étapes, remontant l'ordre normal des chapitres jusqu'à ce qui s'apparente à une résurrection, en tout cas au retour à une nouvelle stabilité.

Ce livre est la voix d'…

50 livres avant mes 50 ans - 7/50 Camilla LACKBERG

Dans ma frénésie de lectures actuelles, j'ai choisi "Le dompteur de lions", 9ème roman de Camilla Läckberg dans sa série des histoires d' "Erica Falck et Patrick Hedström".
Ayant eu, il y a deux ans, une période de lecture spécial thriller et littérature d'Europe du Nord (Olsen, Larsson, Ragde, etc.), j'avais enchaîné les huit autres romans dans l'ordre. Je retrouve donc la vie d'Erica et Patrick, celle de tous les autres personnages récurrents et une nouvelle enquête (des jeunes filles de seize ans séquestrées et mutilées) qui laisse penser qu'il faut se tenir loin de la commune de  Fjällbacka et de ses alentours tant il s'y trouve une concentration de psychopathes maîtres es tortures et crimes odieux. De ce côté-là, ces romans sont aussi irréalistes que ceux d'Agatha Christie qui faisait du charmant village fleuri de St-Mary-Mead, le lieu de crimes à répétition qui surviennent entre deux portes à l'heure du thé et des scones…

50 livres avant mes 50 ans - 6/50 Laurent GOUNELLE

Il est tentant de comparer ce roman avec celui de Raphaëlle Giordano, surtout quand on les lit l'un après l'autre. Si les deux sont des illustrations de méthodes de développement personnel, celui de Gounelle tente de résoudre la question existentielle du sens de la vie. Et pour cela, rien de tel que de se retrouver devant l'idée de sa mort. J'avoue que Gounelle emporte mon adhésion totale. J'ai lu le roman de Giordano pour le découvrir, j'ai dévoré celui-ci. D'abord parce que c'est un roman menant en parallèle des histoires de vie différentes apportant ainsi des interactions entre des personnages qui nous ressemblent, dans des situations de vie proches de nos quotidiens, entre vie personnelle et vie professionnelle. Mais le plus de ce roman est d'avoir créé une véritable intrigue. Je m'attendais à un nouveau récit gentillet et cette construction inattendue m'a plu. Autre cerise sur le gâteau : on augmente sa culture générale sur le monde animal…

50 livres avant mes 50 ans - 5/50 Raphaëlle GIORDANO

Roman feel-good. Tout est dans le titre. Merci Confucius. Comme quoi, les découvertes les plus anciennes sont des richesses intemporelles.
Il n'y a rien de nouveau dans ce livre que l'on ne sache déjà et pourtant, il remet les pendules à l'heure. Une répétition de quelques vérités est toujours bonne à prendre. En une soirée, ce récit nous remet sous le nez l'évidence de nos quotidiens et de cette maladie qu'est la routine qui nous rend aveugles à ce que nous voulons vivre. L'enseignement principal de ce livre est de nous montrer que chacun détient le pouvoir en lui d'organiser ces changements auxquels nous aspirons parfois. Il n'existe aucun traitement extérieur. Le seul possible est en nous. Il y est question de ménage intérieur et extérieur, de libération, de relation avec soi pour une meilleure relation aux autres, d'énergie recréée. Une liste de petites actions à mener, de changements de points de vue. L'histoire s'apparente à un conte ge…